Comment sont fixés les prix en pharmacie

Pourquoi certaines pharmacies sont-elles plus chères que d’autres ? Comment et par qui sont validés les prix des médicaments et produits vendus en pharmacie et parapharmacie ? Petit point sur les règles en vigueur sur le sujet.

Plaquettes de médicaments

Les prix des médicaments peuvent varier du simple au double (taiyofj / CC-by)

Le prix des médicaments en pharmacie

En premier lieu il faut différencier deux types de médicaments, les médicaments remboursables et les médicaments non remboursables

Le prix d’un médicament remboursable est fixe ; il sera donc le même dans toutes les pharmacies de France. À l’inverse, le prix de vente au public des médicaments non remboursables va dépendre essentiellement du fabricant et du pharmacien et peut ainsi varier du simple au triple selon l’officine dans laquelle il est vendu.

Les médicaments remboursables non génériques

Sur demande du fabricant et après différentes enquêtes et examens, la Haute autorité de santé (HAS) peut décider qu’un médicament soit remboursable par l’assurance maladie obligatoire1.

Le prix des médicaments remboursables n’est pas libre, il est fixé en partie par le Comité économique des produits de santé (CEPS) et après négociations avec le laboratoire pharmaceutique fabricant. En cas de désaccord, le CEPS, qui est un organisme ministériel, a le dernier mot. Le prix fixé par les deux parties ou par le CEPS correspond au prix fabricant hors-taxes ou PFHT2.

LE PFHT est valable 5 ans sauf si de nouvelles études et recherches font apparaitre de nouvelles indications relatives à l’utilisation du médicament.

Le prix public TTC, c’est-à-dire le prix présenté au client par les pharmaciens ou les grossistes comprend les différentes marges, forfaits et TVA.

En clair :

  • prix public TTC affiché par un grossiste = PFHT + marge du grossiste + TVA
  • prix public TTC affiché par le pharmacien = PFHT + marge du pharmacien + forfait HT de 0,53 € / boîte + TVA

Les marges actuelles des grossistes et pharmaciens pour la vente des médicaments remboursables sont définies par l’arrêté ministériel du 12 février 2004 et publié au JORF n° 44 du 21 février 20043.

Barème de marge de l’établissement pharmaceutique qui vend en gros


Pour la partie du prix fabricant HT comprise entre Coefficient HT
0 et 22,90 € 10,30 %
22,91 € et 150 € 6,0 %
Au-delà de 150 € 2,0 %

Barème de marge du pharmacien


Pour la partie du prix fabricant HT comprise entre Coefficient HT
0 et 22,90 € 26,10 %
22,91 € et 150 € 10,0
Au-delà de 150 € 6,0 %

Comment est estimé le coût de fabrication d’un médicament

Le coût affiché par le fabricant ou PFHT est essentiellement au marché existant et la cible du médicament4.

Si le produit est très spécifique et ne concerne que des infections ou maladies rares, son volume de vente sera relativement faible, il sera donc plus cher. Et inversement, s’il s’agit d’un traitement commun avec une cible élargie et un volume de vente plus fort, le PFHT sera plus faible.

Le PFHT va dépendre également du prix de vente appliqué aux médicaments apparentés (c’est-à-dire aux effets et à la composition plus ou moins similaires) déjà présents sur le marché.

Enfin, le « progrès thérapeutique » d’un médicament par rapport aux autres produits déjà commercialisés va également être pris en compte5. Pour chaque médicament, la HAS définit ainsi un niveau d’Amélioration du service médical rendu (ou ASMR) parmi les 4 niveaux existants :

  • ASMR I, correspondant à une amélioration majeure ;
  • ASMR II, importante ;
  • ASMR III, modérée ;
  • ASMR IV, mineure ;
  • ASMR V, inexistante autrement dit ne montrant aucun progrès thérapeutique.

Quand un médicament est qualifié en ASMR I, II ou III, le fabricant peut bénéficier d’une garantie sur 5 ans d’un prix minimum, ne pouvant être « inférieur au prix le plus bas parmi ceux pratiqués sur les 4 principaux marchés européens »6.

Le prix des médicaments génériques

Le cas des médicaments génériques est un peu plus complexe.

Lorsqu’un laboratoire vend un médicament, il peut, au bout d’un certain temps, décider de vendre la formule de ce médicament alors appelé médicament princeps à d’autres laboratoires. De même, les laboratoires peuvent utiliser comme princeps un médicament dont le brevet serait tombé dans le domaine public.

En prenant ce médicament princeps comme référence, les autres laboratoires peuvent alors développer, dans des conditions strictement définies par les lois européennes et internationales, de nouveaux médicaments qui seront les médicaments génériques.

« Le PFHT des médicaments génériques est fixé à - 60 % du prix du princeps. Le prix du princeps est ensuite diminué, à la commercialisation du générique, de 20 % » explique sur son site Internet le LEEM, syndicat pharmaceutique qui regroupe 270 entreprises du secteur.

À noter absolument : le ministère de la Santé met à disposition des internautes un indicateur des prix des médicaments remboursables sur medicprix.sante.gouv.fr

Le prix des médicaments non remboursables

Le prix fabricant HT et les marges appliquées par les grossistes et les pharmaciens sont totalement libres. Le PFHT est fixé par le laboratoire. Le pharmacien peut ensuite décider de s’approvisionner soit auprès du grossiste soit directement auprès du laboratoire.

Dans le premier cas, le plus courant, le prix du médicament en officine va donc correspondre au PFHT + la marge du grossiste + la marge du pharmacien + la TVA.

De plus en plus de pharmacies dites low-cost voient le jour7. Les prix y sont génialement plus bas, car les pharmaciens s’approvisionnent directement auprès du laboratoire, en achetant de grands volumes de médicaments. Dans ce cas, le prix du médicament correspond donc au PFHT + la marge du pharmacien + la TVA.

Le prix des articles de parapharmacies

Tout comme les médicaments non remboursables, les prix des articles de parapharmacie sont libres. Pour rappel la parapharmacie rassemble les produits de santé vendus à usage non thérapeutique. Il va s’agir généralement de produits de soins et d’hygiène qui ne nécessitent aucune prescription médicale (brosse à dents ; préservatifs ; crème d’hydratation pour ail corps...).

Les produits de parapharmacie peuvent donc être vendus en pharmacie comme en grande surface ou en supérette.

En 2009, l’association de défense des consommateurs CLCV a réalisé une enquête sur les écarts de prix d’articles parapharmaceutiques vendus en pharmacie, en grande surface et en parapharmacie8.

Dans cette enquête, l’association note des écarts de prix très importants : les tarifs les plus élevés étant pratiqués en pharmacie (53 % plus cher en moyenne que les grandes-surfaces et 14 % de plus cher qu’en parapharmacie), juste devant les parapharmacies (21 % plus cher que les grandes surfaces). S’ils ne sont pas toujours justifiés, ces écarts de prix peuvent s’expliquer en partie par le côté qualitatif du service. Les pharmaciens, titulaires d’un diplôme médical disposant d’un pouvoir de conseil et de recommandation qui n’existe pas en grande surface.

Le saviez-vous ?

Pour tout savoir sur l'histoire des pharmacies en France, consultez nos pages d'informations ! Vous pourriez y réviser vos connaissances sur l'histoire des pharmacies et des médicaments.